Dans cet interview, Florence – sophrologue et diététicienne – nous explique la sophrologie et comment elle peut nous aider à préparer l’accouchement sans stress, avec de simple exercices. A l’arrivée de bébé, les débuts d’allaitement peuvent être un peu compliquée où on peut être un peu angoissée, là aussi la sophrologie peut aider à s’apaiser.

Bonne lecture !

 

Alexandra : Bonjour Florence, on se retrouve aujourd’hui car on s’est connues en ligne et j’avais testé la sophrologie lors de ma première grossesse. Je me suis dit que ce serait intéressant de proposer cela aux futures mamans et jeunes mamans qui nous suivent toutes les deux. 

Est-ce que tu peux commencer par te présenter ? 

Florence :   Bonjour Alexandra. Je suis Florence diététicienne depuis 14 ans. J’ai voulu faire une formation qui pouvait complémenter la partie diététique-nutrition pour pouvoir aider un peu plus en profondeur les gens., donc je me suis formée à la sophrologie.  Ça fait à peu près 1 an que j’ai mon diplôme. Je me rends compte que c’est vraiment totalement complémentaire. Souvent les gens qui viennent me voir pour des problèmes de poids ou autre, ont souvent une problématique derrière, qui font que la sophrologie peut les aider à aller dans le bon sens.

Alexandra :  Tu as des exemples de problématique ? Ce sera peut-être plus parlant. 

Florence : J’ai pas mal de personnes qui viennent me voir pour la perte de poids et quand on creuse un peu, il y a du stress derrière, des troubles du sommeil, une gestion des émotions difficile. En faisant une alliance entre la diététique et la sophrologie, ça nous aide à faire les choses plus en douceur. 

Qu’est-ce que la sophrologie ?

 

Alexandra : Je pense que tout le monde ne connaît pas forcément la sophrologie. En tout cas, avant d’avoir une initiation pendant mes cours de préparation à la naissance, je ne connaissais pas. Est-ce que tu peux nous expliquer ce que c’est ? 

Florence : La sophrologie a été inventé dans les années 60 par le professeur Alfonso Caycedo qui était un neuropsychiatre. Il a défini la sophrologie comme l’étude de l’harmonie de conscience. Pour créer la sophrologie, il s’est inspiré de différents courants, dont la relaxation, le yoga, la méditation, l’hypnose. Grâce à toutes ces méthodes, il a créé la sophrologie. C’est une méthode psychocorporelle qui prend en compte le corps et l’esprit. 

Elle allie la respiration, la décontraction musculaire grâce aux mouvements corporels, avec la visualisation positive également. C’est totalement naturelle, elle permet de mobiliser ses propres capacités de calme, d’apaisement, de confiance en soi. Elle permet de dynamiser de façon positive ses qualités, ses pensées, ses ressources afin de mieux utiliser son potentiel.

On va principalement l’utiliser dans la gestion : 

  • du stress,  
  • des émotions, 
  • pour la prise de confiance en soi, 
  • de la préparation mentale (pour du sport, un accouchement, un examen). 

L’avantage c’est qu’elle est accessible à tous : homme, femme, enfant. Elle est praticable par tous, sauf handicap qui pourrait compliquer un peu la chose mais on peut quand même adapter les exercices. 

Souvent la séance se divise en deux parties : une partie où on va mettre le corps en mouvement avec une intention particulière et on associera ça à de la respiration guidée et ensuite une phase plus calme, de relaxation, assis ou semi-allongée. On va écouter le sophrologue qui va nous amener à prendre conscience de certaines choses, à prendre conscience de ses capacités de ses potentiels, par le biais de visualisation positive. 

Alexandra : est-ce qu’on doit forcément être accompagné ou on peut le faire seul(e) ? 

Florence : on peut pratiquer la sophrologie seul, chez soi. Maintenant il y a plein de choses qui le permettent, mais à mon sens il est conseillé de faire appel à un sophrologue, au moins dans un premier temps, afin de pouvoir développer sa boite à outils, d’avoir connaissance de tout ce qui existe, surtout en fonction de ses besoins et de ses objectifs. 

Il existe une multitude d’exercices corporels  qui doivent être testés en séances, afin que nous sophrologue, on puisse corriger si ce ‘=n’est pas fait dans le bon sens. Il n,’y a pas de choses dramatiques qui peuvent arriver. On peut corriger le mouvement par rapport à la respiration. Quand on voit des personnes en séances, elles doivent reproduire chez eux, comme des devoirs, les exercices qu’on aura vus ensemble. 

plus on les pratiquent, mieux c’est pour aller vers son objectif, pour aller vers un bien être au quotidien, un apaisement.

Je préconise quand même, si on n’a jamais fait de sophrologie de faire quelques séances avec un sophrologue, dans un premier temps, pour être sur de bien faire les mouvements, de savoir ce que c’est exactement, car on trouve des choses qui ne sont pas forcément “vraies” sur internet. 

préparation naissance sophrologie

Alexandra : Ça dure combien de temps et combien de séances, pour les futures mamans ou les jeunes mamans que tu rencontres ? 

Florence : Pour la préparation à la naissance et le suivi de grossesse, je préconise de commencer entre le 5ème et le 6ème mois et de faire une dizaine de séances. En fonction des personnes, ça peut être un peu plus (12 séances). En général, les protocoles de sophrologie, c’est entre 8 et 12 séances pour tous les thèmes. Pour la grossesse, il faut q’y prendre un peu avant, il ne faut pas venir le dernier mois, car on n’aura pas le temps de faire tout le travail. 

Ça permet aussi de faire des exercices sans avoir le gros ventre du dernier trimestre qui nous empêche de faire certains mouvements, voire la respiration qui peut être plus difficile à la fin de la grossesse. 

Alexandra : Les futures mamans que tu rencontres, elles se préparent car elles ont des angoisses pour l’accouchement ou pour d’autres raisons ? 

Florence : ça peut être des angoisses, des mamans qui ne veulent pas de péridurale et veulent un accouchement physiologique et qui veulent des outils supplémentaires pour gérer la douleur. 

On a pas mal d’exercices qu’on peut proposer. 

Il m’arrive d’avoir des mamans qui ont vécu un premier accouchement difficile, donc il y a le stress du “ca va se reproduire”, “je ne sais pas comment je vais gérer” etc.

Elles viennent se préparer à pouvoir gérer le stress, l’angoisse, la douleur. Parfois, il y a des papas aussi. 

Alexandra : Les papas stressent moins pour le second ^^

Florence : Il peut y avoir la préparation à la naissance du papa. 

Alexandra : bonne idée, on va le faire respirer aussi. 

Alexandra : Est-ce que tu as des conseils pour les futures mamans qui peuvent être angoissées par l’accouchement ? 

Florence : Oui. C’est plutôt simple. Je conseille de commencer par la cohérence cardiaque. Je ne sais pas si tu connais. 

Alexandra : je ne connais pas du tout. 

Florence : La cohérence cardiaque c’est un exercice de respiration, mais maîtrisé. 

L’exercice du fameux 365 : 

  • 3 fois par jour, 
  • 6 respirations par minutes et 
  • 5 minutes durant pour obtenir des résultats

C’est tout simple, on va faire des inspiration profonde en gonflant le ventre pendant 5 secondes, on va souffler par la bouche comme si on soufflait dans une paille, tout doucement, pendant 5 secondes.

Ça permet de ramener le calme, l’apaisement quand on sent qu’on a le stress qui monte, des angoisses. Si on le fait sur la durée, on ressent les bénéfices car ça nous oxygène,  ça nous fait du bien tout simplement. On se sent plus calme. Je conseille aussi de le faire avant de se coucher.  J’ai souvent des mamans enceintes qui ont aussi des troubles du sommeil. 

Alexandra : C’est là qu’on a le cerveau qui cogite en plus.

Florence :  C’est là qu’elles se disent “bon l’accouchement arrive bientôt, comment ça va se passer etc”. Je leur dis de faire l’exercice avant de se coucher, ou même dans le lit, on peut le faire. On fait la respiration plusieurs fois, même si c’est pas 5 minutes parce qu’on est fatigué, c’est pas grave. Mais prendre des respirations au niveau du ventre, pas en haut. Quand on inspire, c’est le ventre qui se gonfle et non le torse et après quand on souffle, on rentre le ventre.

Un exercice pour lutter contre les troubles du sommeil

Un autre exercice que je propose de faire seul(e) à la maison, si possible au calme pour ne pas être coupé quand on le fait. 

Vraiment quand le stress est à son apogée, qu’on arrive plus à redescendre, qu’on a trop d’angoisses, anxiété etc. On se met sur son lit par exemple semi-allongée ou sur le dos. On ferme les yeux et on va se concentrer sur différentes choses. Il y a 6 phases. 

  1. Tout d’abord on va se concentrer sur la pesanteur de ses membres. Le poids du bras droit, le poids du bras gauche, pareil pour les jambes. Le poids du corps entier
  2. la chaleur pour les membres et pour le corps
  3. ensuite, on va se concentrer sur son coeur, sur les battements, le rythme régulier, le calme que ça nous apporte de les écouter 
  4. on se concentre sur la respiration, on ressent l’air frais qui entre dans les narines et l’air chaud qui en ressort
  5. on va se concentrer sur la partie du plexus solaire (au niveau du sternum). C’est la partie la plus innervée du corps.  Normalement on ressent une forte chaleur à cet endroit. On essaie de se focaliser là-dessus. 
  6. En dernier, on va se concentrer sur notre front, qui est une zone qui est soumise à un régime différent du reste du corps. On va prendre conscience que le front es plus frais que le reste du corps etc. 

    Ça permet tout simplement de penser à autre chose, tout en se relâchant. Le fait de penser au poids de nos bras, nos jambes, ça va permettre de faire un relâchement musculaire, de se détendre totalement, sans penser à autre chose. 

    Alexandra : Combien de temps fait-on chaque étape ? 

    Florence : On le fait sans regarder la montre, sinon ça ne sert à rien. Au total ça dure à peu près 15-20 minutes. Quand on démarre et qu’on le fait une première fois, ça peut être un peu plus court, parce qu’on n’a pas l’habitude. On veut tout faire vite. 

    C’est une méthode d’auto-hypnose dont le professeur Alfonso Caycedo s’est inspiré pour faire certains exercices de sophrologie. C’est hyper efficace pour calmer le jeu. 

    Alexandra : c’est vrai que c’est accessible à tout le monde. 

    Florence : il n’y a pas besoin d’outils. 

    sophrologie et maternité

    3ème exercice, en cas d’angoisse par rapport à l’accouchement

    Si on a des angoisses par rapport à l’accouchement, ce qu’on fait en sophrologie, c’est ce qu’on appelle la futurisation. 

    C’est toujours en fermant les yeux, en s’allongeant, en se mettant dans un endroit calme, on va se visualiser le jour de l’accouchement, pas pendant, mais après l’accouchement.  

    On va se visualiser en disant : “Tout s’est bien passé, mon bébé est en bonne santé, je me sens bien, je suis un peu fatiguée, c’est normal, c’est pas grave. Mon bébé va bien, il est magnifique, il est contre moi, on est peau à peau. Le papa est là. On se sent bien, apaisé, on est heureux etc”. 

    C’est ce qu’on appelle la futurisation, c’est de la préparation mentale. On se prépare à ce que tout se passe bien. Ca permet aussi de diminuer un peu les angoisses, parce que si on s’imagine les scénarios catastrophes, ça ne fait qu’amplifier. 

    Alexandra : C’est un peu ce que j’avais eu, mais plus sur l’accouchement. La sage-femme nous disait “vous visualiser votre bébé en train de descendre… Sa façon de le dire, les images de fleurs ou d’arbre, c’était assez calme, posé. Ça donnait une belle image de l’accouchement. 

    Florence : ça nous on le fait en séance, mais seule ce n’est pas toujours évident. Je pense qu’il faut être guidée pour arriver à ça. Alors que l’après accouchement, les minutes ou l’heure d’après, on arrive plus facilement à s’imaginer ce qu’on aimerait qu’il se passe. C’est plus facile à faire seule. 

    Conseils pour l’allaitement

    Alexandra : une autre étape où les mamans peuvent être un peu stressées, voire beaucoup, c’est à la maternité, une fois que le bébé est né,  elles peuvent avoir la pression si l’allaitement ne se passe pas bien ou que le bébé ne tète pas bien, ou il a un problème de prise de poids. Le personnel médical n’est pas toujours très à l’écoute ou n’a pas le temps d’avoir la bienveillance. Est-ce que tu as des conseils pour les mamans qui stressent au sujet des tétées, de l’allaitement, la prise de poids de bébé etc ?  

    Florence : ça va peut être faire un peu cliché, mais je pense qu’il faut s’écouter avant d’écouter les autres. Finalement, on entend plein de choses de n’importe qui et on ne sait plus qui croire, quoi penser. On peut prendre en compte ce qu’on nous dit, mais ça peut être très vite angoissant, ce n’est pas forcément idéal après un accouchement. 

    Je pense que dans ce cas là, il faut essayer de relâcher la pression. Toujours par la respiration, on va prendre du temps pour soi, se focaliser sur soi. Essayer de prendre ce temps 3 fois par jour, pour faire une bulle autour de soi et éviter que tout ne se répercute, d’une mauvaise façon. 

    Après, peut-être s’appuyer sur des gens de confiance, des personnes de la famille qui sont passées par là ou des professionnels qui peuvent nous aider dans ce cadre là, sans forcément que ce soit des gens de la maternité.  

    Vous pouvez aussi, dans le cadre de la sophrologie, faire des exercices pour vous apporter du calme. Il y a un exercice qu’on appelle le “calme express”. On va s’asseoir, fermer les yeux, on va inspirer le plus  profondément possible, on va bloquer sa respiration, on contracte tous ses muscles de la tête au pied. Une fois qu’on ne peut plus tenir, on souffle et on relâche tout. On peut le faire 3 fois de suite. Ça permet de laisser partir la colère, l’énervement, le stress, la mauvaise énergie. 

    Alexandra : Donc on ferme les yeux, on inspire, on contracte tous les muscles. 

    Florence : En bloquant sa respiration, on contracte tous les muscles. On peut serrer les poings, les muscles des bras, des jambes, du dos, la nuque. On reste quelques secondes comme ça et quand on ne peut plus tenir, on relâche tout. On le fait 3 fois de suite. 

    C’est valable pour tout les stress, toutes les angoisses. 

    On a un autre exercice qu’on appelle “la bulle de protection” ou la “bulle de confiance”. Il faut vraiment vous imaginez vous mettre dans votre bulle. Il peut y avoir le bébé, le papa dedans et tout ceux qui nous ennuie en dehors. C’est tout simple, on se met debout, en inspirant, on va lever les bras en l’air.  On imagine en haut la bulle, en soufflant on va créer la bulle autour de soi (avec les bras qui redescendent). Dans l’idéal, on ferme les yeux pour vraiment bien la visualiser. Pareil, on va le faire 3 fois, plusieurs fois dans la journée si on en a besoin. 

    Alexandra : ça peut être top pour se mettre dans sa bulle avec bébé pour l’allaitement. Ca rejoint aussi des principes comme le petit cocon. Suzanne Colson parle de préserver la bulle d’ocytocine. Le côté où la maman et le bébé restent fusionnels finalement, comme pendant la grossesse. De mon point de vue, c’est un facteur très important.

    Florence : Ca permet de rester connecter même après la naissance. 

    sophrologie doute allaitement

    Alexandra : J’avais noté, si tu avais des exercices différents à faire à la maison. Mais à priori ceux-là, on peut tout à faire les faire n’importe où.  C’est plutôt une bonne chose. 

    Florence : il peut y avoir des exercices qui sont difficilement faisables devant des gens. Mais les exercices de respiration on peut les faire n’importe où; dans la voiture etc. 

    Pour la méthode d’auto-hypnose, il vaut mieux être dans un endroit calme pendant une vingtaine de minutes. Sinon tout est faisable n’importe où. 

    Alexandra : Tu as autre chose à ajouter ? 

    Florence : Peut-être de dire aux futures mamans que la sophrologie est vraiment d’une grande aide pour elles et pour le bébé. Ça permet de prendre conscience de ses capacités et de se connecter à bébé et même avec le papa s’il le souhaite. Ça peut aussi aider en cas de baby-blues. On peut faire les séances avec le bébé, si on n’a pas la possibilité/l’envie de le faire garder, si on allaite. 

    Alexandra : Le côté connexion avec le bébé, ça me fait penser à l’haptonomie

    Florence : je pense que non. En fait nous on travaille vraiment sur le corps, l’haptonomie je ne sais pas si on travaille vraiment sur le mental. On se recentre sur le corps, le bébé. Il y a peut-être des liens à certains endroits, mais là ça ne me vient pas. 

    Alexandra : D’accord, j’ai fini avec mes questions. Ce qui est intéressant, c’est que j’ai appris que tu faisais de la sophrologie pendant le suivi de grossesse, donc ça peut intéresser les mamans. Tu fais des séances en visio ou en présentiel au cabinet. C’est sympa qu’on ait eu la chance de travailler ensemble sur le programme de préparation à l’allaitement Plus d’informations ici

    Je suis ravie de notre collaboration et j’espère que cet interview aura plu aussi à vous chère lectrice. 

    Florence : Merci de m’avoir invitée. 

    Bonne journée !!

    Retrouvez Florence pour des tuto exclusifs ciblé pour préparer l’accouchement dans le programme « Faire confiance à son corps pour nourrir son bébé », ou également sur ses réseaux :  

    https://www.instagram.com/sophro.nutrition.aix/

     https://dieteticienne-sophrologue-aix.fr/

     https://linktr.ee/sophro.nutrition.aix

    préparation allaitement

    Ce programme permet de :

    - démarrer son allaitement sereinement dès la maternité, en confiance (sans se demander si bébé a assez bu etc).

    - connaitre les rythmes de bébé et savoir comment se passe l'allaitement.

    - être mieux préparée en cas de césarienne et connaitre les conditions qui favorisent un bon démarrage de l'allaitement.

    - Connaitre les différentes positions d'allaitement et le mécanisme de lactation.

    Comment résoudre une confusion sein-tétine ?

    Comment résoudre une confusion sein-tétine ?

    Votre bébé s’éveille, vous le prenez dans vos bras, vous le mettez au sein et l’allaitement est tranquille, bébé est calme, il tète gentiment puis s’endort une fois rassasié. Vous le reposez dans son berceau, le temps de vaquer à vos occupations… L’allaitement...

    lire plus
    Votre bébé fait-il une confusion sein tétine ?

    Votre bébé fait-il une confusion sein tétine ?

    Pour certains c’est un mythe. Mais pour des mamans qui ont partagé leurs expériences, cela ne l’est pas. J’ai beaucoup lu, fait des recherches et aussi trouvé des preuves scientifiques.

    Cet article devrait vous permettre de vous faire une idée sur la confusion sein-tétine. Savez-vous comment fonctionne la succion de bébé ?

    lire plus

    Pin It on Pinterest

    Vous reprenez le travail dans quelques semaines ? Pour éviter le stress, rejoignez l'atelier "Allaiter et Travailler Sereinement".