Dans cette 4ème et dernière partie, nous abordons avec Cédric Dumesge (ostéopathe pédiatrique), le post-partum et les bienfaits que peut avoir l’ostéopathie pendant cette période.

Après l’accouchement, le corps a subi un traumatisme, beaucoup de douleurs restantes peuvent trouver une solution avec un remède totalement naturel comme l’ostéopathie.

C’est en version podcast car la technique et moi ça fait 2 ! ^^

Cédric : On a parlé du traumatisme de l’accouchement pour l’enfant, mais c’en est un aussi pour le corps de la maman. Il y a quand même un bébé avec une tête plus grosse que l’ouverture du bassin, qui est passé, donc ça laisse des séquelles. Des séquelles au niveau mécanique, il y a une fonte abdominale qui s’est faite pendant la grossesse. le dos n’est plus soutenu. Il y a un bassin traumatisé par l’accouchement, donc on a tous les ingrédients pour créer des douleurs de dos. La maman peut ne pas être habituée à s’occuper d’un nouveau-né, qui peut avoir des mauvaises postures pour l’allaitement, pour chercher son enfant, pour lui donner le bain. Donc on a très souvent des douleurs qui peuvent être dans le dos, dans le bassin, dans les côtes, le même type de douleur que pendant la grossesse, mais qui peuvent apparaître après. Les hormones commencent à se réguler, il y a moins cette imprégnation là et du coup les douleurs se font ressentir.   

 

Alexandra : d’accord

 

Cédric : l’ostéopathe va intervenir comme pendant la grossesse, sur le bassin et le dos.

 

Alexandra : est ce que tout se remet vraiment en place ? 

 

Cédric : tout se remet en place, si on se donne les moyens. Il n’y a pas d’ostéopathe magique. Il va falloir faire la rééducation du périnée, de la sangle abdominale. Ca se fait avec la sage femme ou le kiné. 

 

Alexandra : ça on ne m’en a pas parlé

Cédric la rééducation abdominale ? 

Alexandra : oui (rire)

Cédric : pour que le ventre grossisse

Alexandra : ouai ça je savais ils s’écartent (les abdos)

Cédric : ils fondent, si on ne remuscle pas sa sangle abdominale, ben le dos ne sera plus tenu. 

Donc il faut faire la rééducation périnéale, abdominale, il va falloir passer chez l’ostéopathe pour débloquer au niveau articulaire. Il va falloir reprendre une activité sportive. 

 

Alexandra : à quel moment peut- on reprendre le sport ? 

 

Cédric : une fois que les 3 autres étapes sont validées. Il n’y a aucun problème pour reprendre une activité sportive. Surtout si on souhaite plusieurs enfants. Un maman qui n’a pas fait ces 3 étapes, va partir sur une seconde grossesse avec tout ce passif. Une sangle abdominale de début de grossesse qui va déjà être effacée. 

 

Alexandra : oui oui, rire

 

Cédric : un accouchement qui va se faire sur un bassin bloqué déjà, donc un accouchement plus difficile. Donc effet domino, un post partum avec des maux qui seront beaucoup plus forts à la seconde grossesse, puisqu’on va rajouter du passif (blocages articulaire sur du blocage articulaire). 

Alexandra : je m’en suis bien sortie alors. Je n’ai pas eu tant de douleurs que ça à la 2ème grossesse, en tout cas au dos et pourtant je n’ai pas eu le temps de refaire mes abdos entre les 2 grossesses. D’ailleurs en combien de temps, le corps récupère de l’accouchement ? 

 

Cédric : ça dépend vraiment de la physiologie de chacun. Il y a l’environnement de vie : alimentation, hygiène de vie. Il y a le sport (sport avant la grossesse, ce qui fait que le sport est prédisposé à mieux récupérer). Il y a ce qu’on va faire après la grossesse. On va avoir également l’effet bébé : est ce que la maman va bien dormir, est ce que la maman va pouvoir se reposer. Est ce que la maman avait des pathologies articulaires avant la grossesse ? Il y a tellement d’éléments. Il y a des femmes, un mois après l’accouchement, on a pas l’impression qu’elles viennent d’accoucher et d’autres qui traînent des problèmes ou même ne s’en remettent jamais. J’ai des patientes qui viennent me voir à 50 ans et me disent avoir des douleurs depuis 20 ans suite à leur accouchement. 

 

Alexandra : j’ai une question qui me vient comme ça, est ce que la péridurale donne certaines douleurs au dos, par exemple ? 

 

Cédric : ça existe oui. 

La péridurale se fait dans le rachis lombaire. c’est une aiguille qu’on insère dans le dos; la femme peut avoir une tétanie, se crisper pendant cet acte là. ce qui fait que les petits muscles autour des lombaires peuvent se contracter, bloquer les vertèbres lombaires et créer des douleurs en postpartum. Ca on le débloque assez facilement. 

 

Alexandra : tu peux le soigner, parfait. J’avais noté d’autres questions. Comment aider son corps à se remettre de l’accouchement, je pense que tu as répondu avec les rééducations et le sport.

 

Cédric rééducation + sport + hygiène de vie + alimentation +sommeil. 

 

Alexandra : ça ça dépend de bébé. Quels signes peuvent nous donner l’idée de consulter en post partum ? Déjà on pense qu’à s’occuper du bébé en post partum et on aura pas forcément l’idée d’aller voir l’ostéopathe. 

 

Cédric : on peut faire en préventif, mais c’est vrai que la maman à tendance à s’oublier les premières semaines. Assez rapidement les douleurs se font connaitre : les douleurs de dos, articulaires, bassin, hanches, cervicales (certaines mamans penchent la tête quand elles allaitent leur enfant). Toutes les douleurs classiques qu’on peut avoir sur le squelette. 

Et un élément sur lequel venir, qui est assez tabou, ce sont les douleurs aux rapports sexuels, même après le retour de couches. C’est très lié justement au périnée qui est très contracté et n’arrive pas à se relâcher. Il y a également l’utérus qui peut avoir quelques inflammations durables et quelques petites fibroses à l’intérieur qu’il faut travailler en ostéopathie. 

 

Alexandra : Et ça tu peux résoudre aussi ?! d’accord. 

Cédric : alors je vous rassure, toutes ces manipulations se font en externes, par une approche sur le ventre, sur les muscles du périnée. Ce ne sont que des tensions musculaires à lever. 

 

Alexandra : donc on peut avoir des tensions partout, mais c’est rassurant de voir que tu as des solutions pour beaucoup de nos petits soucis. Je sais que j’ai découvert l’ostéopathie parce que je t’ai croisé, mais sinon je n’aurai jamais eu l’idée d’y aller. 

 

Cédric : c’est pas encore dans le parcours de soin classique, effectivement. 

 

Alexandra : ça reste dans les mentalités, en médecine alternative, une fois qu’on a essayé le généraliste, les médicaments etc, on se dit tiens “je vais essayer quelque chose de nouveau”. 

 

Cédric : on a tendance à penser que la salle d’attente d’un ostéopathe c’est la cour des miracles, mais ça peut être en première intention. Aujourd’hui les patients qui viennent en ostéopathie en lien avec la grossesse ou la pédiatrie, sont des patients qui sont orientés par des sages-femmes qui ont tout à fait compris l’intérêt de l’ostéopathie, également des pédiatres. 

 

Beaucoup de pédiatres réoriente, ceux qui se sont informés et savent comment on travaille. Ou alors ce sont du bouche à oreille de mamans qui ont été suivies. D’ailleurs c’est assez simple de savoir si un personnel du corps médical connaît vraiment l’ostéopathie, c”est que quand on lui en parle, une personne qui a peu de connaissances, va répondre “oula attention, c’est dangereux, il ne faut pas manipuler les cervicales d’un bébé”. Ca c’est une méconnaissance totale. Évidemment on ne fait pas les mêmes manipulations sur un bébé que sur un rugbyman qui sort d’un traumatisme après une mêlée. 

 

Il n’y a pas d’accident même si le risque zéro n’existe pas.  Il y a toujours un médecin qui va dire “j’ai entendu qu’un jour , il s’est passé ci à tel endroit”. Les taux d’effet délétères de l’ostéopathie sont tellement minimes. En médecine, il faut savoir qu’on a tous des assurances, tout praticien a une assurance responsabilité civile professionnelle. Elle nous couvre pour tous les dommages qu’on peut faire sur un patient. Aujourd’hui beaucoup de gynécologues ne souhaitent plus faire obstétricien parce que les malus d’assurance sont trop élevés. C’est pour cette raison qu’il y a beaucoup de gynéco qui n’accouchent plus. Dans toutes les professions de santé la RCP (responsabilité civile professionnelle)  est assez élevée. Nous en ostéopathie, on a tellement un taux d’accident infiniment faible, donc aujourd’hui je paie ma RCP moins cher que mon assurance habitation. 

 

Alexandra : c’est à dire que ton assureur considère qu’il y a plus de risques dans ta maison qu’à ton travail ?!!

 

Cédric : il y a plus de risque que ma maison brûle, que je crée un dommage à mon patient. 

 

Alexandra : c’est rassurant comme information. 

 

Cédric : mais à un moment donné je me suis dis que j’allais afficher mon contrat d’assurance dans la salle d’attente, parce que j’avais tellement cette question qui revenait souvent sur les risques de l’ostéopathie. 

 

Alexandra : c’est super, j’ai appris énormément d’informations. Je suis ravie qu’on ait pu faire cet interview. J’espère qu’on aura l’occasion d’en faire d’autres. 

 

Cédric : oui bien sûr en approfondissant certains sujets. 

Alexandra et Cédric : A bientôt , au revoir.

 

Si vous avez loupé les autres parties de l’interview, cliquez sur les liens :

Interview partie 1 : comment l’ostéopathie peut aider la jeune maman et le bébé

Interview partie 2 : l’ostéopathie aide pendant la grossesse et l’accouchement

Interview partie 3 : la physiologie de bébé et la plagiocéphalie

Vous avez d’autres questions, cela vous a plu ? les commentaires sont à vous !

A bientôt

Pin It on Pinterest

Suis-je assez renseignée sur l'allaitement ?

Évaluation en 2 minutes